LA PIETA

Bienvenue à vous tous, vous qui cherchez la voie.

Message reçu le 27novembre 2019 (Louise)

Dans cette lutte entre le bien et le mal, un jour se lèvera sur la Victoire de la Lumière.

 

Je l’ai déjà dit à Louise et je vous le répète :  « Il se peut que vienne, au grand étonnement de tous, la Lumière de vie dans le cœur des hommes. » 

 

Je peux vous affirmer que ce jour de gloire pour l’humanité éclairera la Terre, et les trompettes sonneront le règne de l’Amour et de la Paix qui ouvrent la porte au temps de l’ère messianique; elle sera telle qu’elle a été voulue et désirée par Celui qui Est.

 

Louise : mais combien d’épreuves l’homme va-t-il encore endurer avant d’atteindre le but qui verra le règne inconditionnel de l’Amour ?

 

L’humain est maître de son destin ; s’il n’utilise pas son libre-arbitre pour changer en pleine conscience le destin qu’il s’est infligé, l’Etre Suprême  interviendra.

ROME

                  VILLE    ÉTERNELLE

        LA  VILLE  AUX  SEPT  COLLINES

 Jour 1 . Dimanche 19 avril 2020 : Aéroport de Nice départ  7h10 :  Arrivée à Rome 8h25.

                  Départ 9h30 : Visite de la basilique Saint Paul hors les murs :

La Basilique Saint Paul est l'une des quatre basiliques majeures de Rome et un haut lieu de pèlerinage. Elle fait partie des églises dites "hors les murs", c'est à dire situées à l'extérieur des remparts de Rome.

 La basilique remonte au IV & Vème siècle. Détruite dans la nuit du 15 juillet 1823, un incendie ravage ce témoin unique des époques paléochrétienne, byzantine, de la Renaissance et baroque. La basilique est reconstruite à l'identique, réemployant les éléments épargnés, et consacrée par le pape Grégoire XVI en 1840. elle fut fidèlement reconstruite d'après le plan d'origine, son cloitre du XIIIème siècle fut épargné par les flamme.

C'est sur le site où selon la tradition fut enterré l'Apôtre Paul, le long de la voie Ostiense, que les premier chrétiens ont érigés une chapelle. Celle-ci a ensuite été transformée en basilique par Constentin, elle aurait été consacrée en 324 par le pape Sylvestre I.

                                                                                               

 

 

                                                                                                               Le Portique de La Basilique Saint Paul

La basilique Saint Paul est construite à l'emplacement de la tombe du saint, décapité à l'époque de Néron. Un petit édifice était déjà présent lorsque l'empereur Theodosius, à la fin du IVème siècle, ordonne la construction d'une vaste basilique à 5 nefs. Elle a été la plus grande église du monde jusqu'à la construction de la basilique Saint Pierre. Embellie et enrichie au fil des siècles elle est presque totalement détruite en 1823 par un terrible incendie. Elle est reconstruite selon le plan d'origine mais l'essentiel de la décoration est de style néoclassique avec quelques éléments de l'ancienne basilique qui ont pu être réutilisés.

L'extérieur

La basilique Saint Paul est précédée d'un très grand portique à colonnes, construit au début du XXème siècle. Il entoure une cour intérieure avec en son centre une statue de Saint Paul, portant l'épée, symbole de son martyre.

Le fronton est décoré d'une mosaïque représentant, au sommet, le Christ entouré de Saint Pierre et Saint Paul.

 

L'intérieur

L'intérieur de la basilique Saint Paul est impressionnant, monumental avec ses 131 mètres de long, 65 de large et 29 de haut. Les 5 nefs sont séparées par 80 colonnes monolithiques de granit. Un plafond de stuc doré, ajouté après l'incendie, recouvre les nefs. 

Elle est aussi décorée par des fresques représentant des scènes de la vie de Saint Paul et de l'Évangile. L'Arc de Triomphe est décorée de mosaïques datant du Vème siècle. Elles représentent l'Apocalypse . 

Une longue frise de mosaïques, composée de médaillons représentant tous les Papes depuis Saint Pierre, fait le tour de la basilique. Celui du Pape François est actuellement éclairé.

 

 

 

 

 

 

                                                                                                         Tondo de Benoît XVI

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                  La Mosaïque

La mosaïque figurant sur l'arc triomphal, séparant la nef du choeur, a pu être sauvée, restaurée et réinstallée suite à l'incendie. Elle a été réalisée au Vème siècle et représente un passage de l'apocalypse de Saint Jean : les vingt-quatre vieillards se prosternent devant le Christ et vont déposer les 24 couronnes d'or qu'ils tiennent. Les évangélistes sont représentés au-dessus ainsi que Saint Pierre et Saint Paul au-dessous.

                                                                                                                                Abside

L'abside est dominée par une mosaïque commandée par le pape Innocent III (1198-1216) et terminée sous Honorius III.

La mosaïque de l'abside a été refaite suite à l'incendie, et représente le Christ bénissant les Saints Pierre, André, Paul et Luc.

Dans la partie inférieure se trouvent les Apôtres, des croix et les instruments de la Passion.

 

 

 

                                                                                                                                                                                               Tombe de Saint Paul

       Tombeau de Saint Paul                                                                                                                                                                                                         

 

 

                                                                                                                        Autel

L'autel est surmonté d'un très beau ciborium gothique du XIIIème siècle, épargné par l'incendie. Située au-dessous, vous trouverez la tombe de Saint Paul, accessible par un escalier.

LA TOMBE

Paul arrive à Rome en 61, pour y être jugé. Il est décapité entre 65 et 67. Son corps est déposé à deux mille du lieu de son martyre, dans la propriété que la chrétienne Lucina possédait sur la via Ostiense , adjacente à une nécropole – sa foi chrétienne n’a pas fait perdre à l’apôtre les privilèges du citoyen romain qu’il était, et il n’a pas besoin d’être caché. Sa tombe est aussitôt objet de vénération. Au-dessus, est édifiée une cella memoriae ou tropaeum, mémorial, où fidèles et pèlerins viennent, durant ces siècles de persécution, prier et puiser des forces pour poursuivre l’évangélisation du grand missionnaire.

LA PLAQUE TOMBALE

À 1,37 m sous l'Autel papal actuel, une plaque tombale de marbre (2,12 m x 1,27 m) porte l'inscription – PAULO APOSTOLO MART… Elle est composée de plusieurs morceaux. Celui qui porte le mot PAULO est muni de trois orifices, un rond et deux carrés.

LE SARCOPHAGE

C’est au-dessus d’un massif sarcophage de 2,55 m de long sur 1,25 m de large et 0,97 m de haut que furent érigés les «autels de la Confession» successifs. Au cours des tout récents travaux, une large fenêtre a été pratiquée sous l'Autel papal, permettant aux fidèles d'accéder au tombeau de l’Apôtre.

Le 29 juin, au cours de l´office des Vêpres, Benoît XVI a clôturé l´année consacrée à saint Paul, et a confirmé qu´un examen de l´intérieur du sarcophage de l’apôtre avait été effectué au mois de mai 2007. « Nous nous sommes recueillis auprès du tombeau de l´apôtre dont le sarcophage, conservé sous l´autel papal, a récemment été l´objet d´une analyse scientifique attentive », a d´abord annoncé le pape. « Une très petite perforation a été pratiquée dans le sarcophage, qui n´a jamais été ouvert au long des siècles, afin d´introduire une micro sonde spéciale grâce à laquelle ont été révélées des traces d´un tissu précieux de lin de couleur pourpre, laminé d´or fin, et d´un tissu de couleur bleue avec des filaments de lin », a indiqué Benoît XVI. « La présence de grains d´encens rouge et de substances protéiques et calcaires a aussi été révélée ». En outre, a affirmé le pape, « de minuscules fragments d´os - soumis à l´examen au carbone 14 par des experts qui ne savaient pas d´où ils provenaient - appartiennent à une personne ayant vécu entre le Ier et le IIe siècle ». « Cela semble confirmer la tradition unanime et incontestée, a poursuivi le Souverain Pontife, qu´il s´agit des restes mortels de l´apôtre Paul ». « Tout ceci, a-t-il confié, rempli notre âme d´une profonde émotion ».

Aussi épargné par l'incendie, vous pouvez admirer un très beau candélabre pascal du XIIIème siècle, sculpté de personnages et de végétaux.

  

                                                                                                   Le Chandelier Pascal

L’un des objets les plus intéressants qui ont échappé à l'incendie dévastateur est le chandelier pascal de cinq mètres et demi de haut, créé vers 1170 par Nicolo di Angelo et Pietro Vassalletto. Il est décoré avec des sculptures qui représentent des scènes de la Bible. Il semble vraiment bondé avec de nombreux personnages entassés sur une petite surface. Au pied du chandelier il y a des figures mythiques, mi-humaines, mi-animales. 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                La nouvelle Porte Sainte 

 

Vous pouvez aussi découvrir la porte sainte, fermée par une porte byzantine fabriquée au début du XIème siècle à Constantinople. 

Elle est décorée de 54 panneaux gravés, sur le thème de la vie du Christ et des apôtres.

la nouvelle Porte Sainte  en bronze doré, due au sculpteur Enrico Manfrini; elle a été placée à l'occasion du Jubilé de l'an 2000 et « ouverte » par le pape Jean- Paul II.« Que le don de la paix et du saut éternel soit concédé à tous ceux qui viennent dans cette église de Paul ».

La porte centrale de bronze a été créée en 1930 par Antonio Maraini. A droite il y a la Porte Sainte, ouverte seulement pendant les années de jubilé (une fois tous les vingt- cinq ans). 

                                                                                                               

 

 

 

 

 

 

                                                                                        Le Campanile

L'atrium impressionnant sur ​​le côté ouest de la basilique a été ajouté à la fin du XIXe siècle. Il a été construit par Guglielmo Calderini d’après un projet de l'architecte néoclassique Luigi Poletti. L'atrium est constitué d'un portique à quatre côtés avec soixante-dix colonnes corinthiennes. Au centre se dresse une grande statue de l'apôtre Paul, créé en marbre de Carrare par le sculpteur italien Giuseppe Obici. 

                                                                                                             L’Abbaye Bénédictine

 

 l’abbaye bénédictine (où vivent les moines qui sont chargés depuis 1300 ans de l’attention pastorale dans la basilique), à l’entrée des fouilles les plus récentes et à un bâtiment pour les touristes et les pèlerins où se trouvent une librairie et une cafétéria.

La présence d'une communauté monastique remonte au pape Grégoire le Grand (590-604). 

C'est le pape Grégoire II (715-731) qui établit de façon stable la communauté bénédictine qui perdure jusqu'à aujourd'hui.

Elle est réformée par Odon de Cluny en 936; l'abbé prend alors le nom de “abbas et rector Sancti Pauli”. 

Le plus célèbre d'entre eux est le moine Ildebrand qui, après avoir travaillé à la restauration de la Basilique et de la vie de son monastère, est élu Pape sous le nom de Grégoire VII (1073-1085) et entreprend la réforme de l'Église, dite réforme grégorienne. 

 

L'abbaye est alors à la tête d'un vaste patrimoine féodal. Elle connaîtra des temps de grand rayonnement spirituel et des heures sombres, jusqu'à la confiscation de ses biens, en 1870 ; même alors, les moines n'abandonnent pas leur office près du tombeau de l'Apôtre. 

 

La vie monastique a repris, vigoureuse, dès avant le début du XXème siècle, particulièrement attentive au ministère de la Pénitence et à l'œuvre de l'Unité des chrétiens.

C'est là que, le 25 janvier 1959, le pape Jean XXIII a annoncé la convocation du Concile Vatican II. 

La Bibliothèque antique possède plus de 10 000 volumes des XVème - XVIIème siècles (avec des éditions mauristes et bollandistes), et la Bibliothèque moderne en contient plus de 100 000.

Le cloître

Accessible depuis le bas-côté gauche vous trouverez le cloître, l'une des merveilles de la basilique. Construit au début du XIIIème siècle et épargné par l'incendie, le cloître est remarquable par ses colonnes cosmatesques (incrustées de petits morceaux de marbre). 

Déjeuner.

 L'après-midi : Fin de la visite, puis nous reprenons le car pour rejoindre l'hôtel situé en plein centre de Rome : CASA SANTA LUCIA SAN FILIPPINI.

Un hébergement en B&B, nous prendrons tous nos repas dans des restaurants.

  

Repas du soir dans un restaurant à l'extérieur.

Jour 2. Lundi 20 avril : le matin nous avons rendez-vous avec notre guide Caroline au Vatican.

Nous consacrerons donc cette journée à la visite de la Basilique Saint Pierre.

Basilique de Saint Pierre

Saint Pierre de Rome. Il ne s’agit pas seulement de la plus grande des églises catholiques et le centre de la chrétienté, Saint Pierre de Rome est aussi l’église la plus célèbre et la plus visitée dans le monde.

La basilique actuelle est un édifice datant de la Renaissance et du baroque mais la basilique d’origine avait été érigée sur l’ordre de l’empereur Constantin à partir de 319 à l’emplacement du tombeau de l’apôtre Pierre, là où l’on commémorait la mort du martyr.

Pierre (saint Pierre pour les catholiques et les orthodoxes), de son vrai nom Simon Bar-Jona («Simon, fils de Jonas ») selon la tradition chrétienne, aussi appelé Kephas (« le roc » en araméen) ou Simon-Pierre, est un Juif de Galilée ou de Gaulanitide connu pour avoir été l'un des disciples de Jésus de Nazareth.

On ne sait pas avec exactitude l’année pendant laquelle Pierre vint à Rome mais nous savons que ceci se déroula après 50 après J.-C. Nous ne savons également pas avec précision quelle fut l’année de son martyr mais juste qu’il fut crucifié dans un amphithéâtre proche du Vatican pendant les persécussions de l’empereur Néron, donc centre 64 et 67 après J.-C.

Par contre, il est possible d’affirmer que dès le début la tombe de Pierre assuma une valeur inestimable pour la communauté chrétienne, qui s’était à peine constituée.

La construction de l’église, le choix de l’emplacement et l’intégration du tombeau à l’église impliquaient un certain nombre de contraintes. Il fallut orienter l’édifice vers l’ouest, remblayer l’ancienne nécropole et créer des hauts murs de de soutien. C’est sur cette nécropole que fut édifIée une basilique à cinq nefs, richement ornée de mosaïques, fresques et monuments funéraires avec un vaste atrium entouré de colonnes.

 

Une première basilique a été bâtie 13 siècles plus tôt, à partir de 322, à l'initiative de l'empereur Constantin, en ce lieu où, si l'on en croit la tradition et les archéologues, l'apôtre Pierre aurait été enseveli après son martyre.

Mais au cours du Moyen Âge, la colline du Vatican, située sur la rive droite du Tibre, à l'écart de Rome, retombe dans un relatif oubli. Jusqu'à leur départ pour Avignon, en 1305, les papes résident essentiellement dans le palais du Latran, sur la propriété d'une ancienne famille romaine, les Laterani, devenue résidence des empereurs après que ceux-ci eurent abandonné le mont Palatin. Les papes du Moyen Âge apprécient aussi la basilique Sainte-Marie-Majeure, construite au IVe siècle sur la colline de l'Esquilin.

Au milieu du XIIe siècle, le pape Eugène III fait construire un palais au Vatican, à côté de la basilique Saint-Pierre, qui a conservé son prestige lié au martyre de l'apôtre. Le pape Innocent III prend l'habitude de résider dans ce palais qui devient le deuxième pôle administratif du Saint-Siège, à côté du Latran.

Tout bascule en 1377 quand le pape, reprenant le chemin de Rome, trouve le palais du Latran dans un tel état de dévastation qu'il doit s'établir au Vatican ! C'est le début d'un prodigieuse histoire.

Restauré et agrandi au fil de siècles, cet édifice demeura en place jusqu’au XVe siècle. Pendant l’exil des papes en Avignon, la basilique menaçait de tomber en ruines. Le Vatican devenu la nouvelles résidence pontificale, l’on songea à la réfection de la basilique. Nicolas V ordonna la rénovation du choeur et du transept, mais à la mort du pape, le projet fut abandonné. Ce fut Jules II qui décida de détruire l’ancienne et vénérable basilique, puis de confier à Bramante, le 18 avril 1506, le projet de reconstruction.

Il fallut attendre plus d’un siècle, faire appel à de nombreux grands architectes et procéder à de grands remaniements avant de voir la basilique Saint-Pierre achevée dans sa forme actuelle.

Les plus grands artistes de la Renaissance italienne sont associés à la construction de la nouvelle basilique. C'est ainsi que l'architecte Bramante dessine le plan de la basilique. En rupture avec la tradition médiévale, il opte pour un plan en forme de croix grecque (avec quatre branches  égales). À Bramante succédèrent Raphaël, Giuliano da Sangallo, Baldassare Peruzzi et Antonio da Sangallo, Mais en 1546, Michel-Ange Buonarroti (71 ans) remanie les plans de son ancien rival, mort en 1514.


En 1547, le pape Paul III nomma Michelangelo Buonarroti en 1547, comme architecte en chef des travaux. Le maître s’attacha tout particulièrement à la réalisation de la grandiose coupole ,(136,50mètre de hauteur ) dont le tambour fut achevé à sa mort en 1564. (Ce n'est pas fini...

En 1605, après une longue controverse, le pape Paul V Borghèse décide d'abandonner la croix grecque du plan initial. La nef est prolongée et transformée en croix latine pour se conformer aux préceptes et aux rituels de la Contre-Réforme catholique.

Au XVIIe siècle, enfin, l'artiste baroque Le Bernin conçoit un baldaquin monumental de 29 mètres de haut au-dessus de l'autel et de la tombe de Saint Pierre. Il réalise la colonnade aux 140 statues qui encadre avec harmonie le parvis et permet à un million de pèlerins d'assister aux cérémonies et d'avoir vue sur la célèbre fenêtre d'où les papes adressent leur bénédiction urbi et orbi («à la ville et à l'univers»).

D'une superficie de 22 000 m2 (quatre fois plus vaste que Notre-Dame de Paris), Saint-Pierre est de fait le plus vaste édifice religieux qui soit. La somptuosité de sa façade, de sa colonnade et de sa nef intérieure en font le chef-d'oeuvre de l'architecture baroque.

En 1626, 1300 ans après l’inauguration de la première basilique, le pape Urbain VIII consacra le nouvel édifice.

En 1629, le Bernin, nommé architecte en chef des travaux de Saint-Pierre, s’attaqua à la construction des clochers, dont la réalisation fut finalement annulée lorsque l’un d’eux s’effondra en raison d’une erreur de calcul statique. Ce n’est qu’au XVIIIe siècle que furent terminés les travaux de la basilique, après l’ajout de la sacristie sur le côté de l’Épître, décision du pape Pie VI (pontificat 1775-1799).

En 1940, la découverte d'une très ancienne nécropole chrétienne a paru confirmer la présence de la dépouille de Pierre sous le maître-autel de la basilique.

Publié ou mis à jour le : 2019-11-14 11:09:07

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                     Visite de la Basilique Saint-Pierre 

                                                                            La Pietà de Michelangelo

Michelangelo Buonarroti réalisa cette sculpture en 1499 à l’âge de 25 ans. Elle est protégée par une plaque en verre. En effet, en 1972 un homme donna un coup avec un marteau, en abîmant le nez et les doigts de la Vierge. L’oeuvre porte la signature de l’artiste et c’est d’ailleurs sa seule oeuvre signée.

                                                                                                            le Baldaquin

 

C’est le Bernin qui fut chargé de réaliser pour l’autel papal entre 1624 et 1633 un haut baldaquin de bronze. Pour cet ouvrage baroque, les bronzes qui servirent à son exécution furent arrachés au porche du Panthéon sur ordre du pape!

Le Bernin, monument funéraire du pape Urbain VIII

Urbain VIII, en revanche apparaît en souverain plein d’assurance coiffé de la tiare. Le Bernin sait animer son personnage à travers son geste triomphal: de sa main droite levée il donne sa bénédiction. Les allégories de l’Amour et de la Justice s’appuient au sarcophage tandis que l’allégorie de la Mort, un squelette ailé, écrit le nom du défunt afin de compléter l’épitaphe sur la droite.

Arnolfo di Cambio, statue en bronze de Saint Pierre

Sur le côté droit de la nef centrale, près du pilier de Saint Longin, s’élève la statue de Saint Pierre sur son trône. Il s’agit d’une oeuvre du XIIIe siècle attribuée à Arnolfo di Cambio. Tenant les deux clefs du royaume des cieux dans sa main gauche, de sa main droite il forme le geste de bénédiction.

À noter que lors des grandes fêtes, en particulier durant celles des deux apôtres Pierre et Paul, on a depuis longtemps coutume de revêtir la statue comme s’il s’agissait d’un pape vivant, de précieux habits de cérémonie.

                              

                                                                                      Chair de Saint-Pierre

 À la demande du pape Alexandre VII, le Bernin exécuta dans l’abside la chaire de Saint Pierre. Il s’agit d’une grande construction de bronze abritant la relique la plus vénérée, le siège épiscopal attribué à Saint Pierre.

Parmi les éléments notables, une croix attribuée à Constantin qui pourrait contenir un morceau de la Vraie Croix. La pièce la plus importante de la Salle de la Chaire est la vénérée chaire de l'apôtre, enchâssée dans une oeuvre du Bernin. On termine la visite par une petite salle qui contient une des douze colonnes qui entouraient la Confession dans la basilique ancienne. Deux autres se trouvent dans la chapelle du Saint-Sacrement et huit dans la basilique. C'est à cette colonne que l'on enchaînait les possédés afin qu'ils soient délivrés de leur aliénation.

Bien évidemment la liste est longue des choses à voir à Saint Pierre de Rome…

                                                                                                La Nécropole du Vatican

 

 

 

 

                                                                       Tombe du Pape Jean PAUL II

Les Tombaux des Papes :

Après Léon XIII, mort en 1903 et enterré à Saint-Jean-de-Latran, les huit papes suivants ont été enterrés dans la crypte de la basilique Saint-Pierre. La tradition veut que les tombeaux des papes déclarés bienheureux – puis parfois canonisés –, soient déplacés à l'étage principal de la basilique vaticane.

                        Chandeliers

                                                                                                                                                                  Tiare des Papes

                                                                               Tombeau du Pape Sixte IV

Le Musée du Trésor de Saint Pierre :

On accède au Trésor de Saint-Pierre par la sacristie, qui est une pièce du 18e siècle avec des colonnes ayant orné la villa d'Hadrien. Vous découvrirez dans ce musée les vêtements ou meubles liturgiques ainsi que les statues et les tiares papales, etc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Musée  du Vatican:

Les trésors du Vatican

Plus petit État au monde, le Vatican recèle de nombreux trésors derrière ses hautes murailles : une douzaine de musées, cinq galeries, trois chapelles dont la sublime chapelle Sixtine, de vastes jardins d'ornement, ainsi que la célèbre basilique Saint-Pierre, le plus important édifice religieux du catholicisme.

Ses nombreux musées et galeries abritent en effet l'une des plus grandes collections d'œuvres d'art au monde, constituée au fil des siècles par les souverains pontificaux. La Pinacothèque recèle par exemple des toiles des grands maîtres de la peinture italienne, tels que Raphaël, Léonard de Vinci, Véronèse, le Titien et le Caravage. Le Musée grégorien étrusque, le Musée égyptien et le Musée Chiaramonti, ouverts au 19e siècle, rassemblent des antiquités issues de vastes opérations de fouilles menées à cette époque en Italie, en Égypte et en Grèce.

Le somptueux Braccio Nuovo (nouvelle aile), tout en marbres colorés, sert d'écrin à une collection de sculptures romaines qui avaient été confisquées par Napoléon et qui ont été restituées à l'Italie après sa défaite.


               

                                                                                                   LA CORSE

Autre joyau : la Galerie des cartes géographiques, dont les murs sont ornés de 40 cartes géographiques des régions italiennes et des anciennes possessions de l'Église catholique. Elles ont été peintes à la fin du 16e siècle sous le pape Grégoire XIII, en prenant pour modèle les travaux du mathématicien pontifical Ignazio Danti.

                                                                                                         CRÉATION D'ADAM

La Chappelle Sixtine :

Accessible après un long parcours à travers les musées, la chapelle Sixtine est le Graal de nombreux visiteurs. La Chapelle Sixtine, chef-d'œuvre du grand Michel-Ange, elle est située à l'intérieur des Musées du Vatican. Cette petite chappelle construite sous le pape Sixte IV abrite aujourd'hui encore tous les conclaves du Vatican, ces réunions dans les quelles le Collège des Cardinaux  choisit un nouveau  pape.Une fois que le nouveau pape a été élu, il est conduit dans une petite salle, la Stanza del Pianto de la Chappelle Sixtine, située à gauche de l’autel sous le Giudizio Universale. Elle doit son nom au fait que le nouveau Pape souvent fond en larmes pour l’émotion de son éléction. 

La fresque qui orne son plafond, peinte par Michel-Ange au début de 16e siècle, est un chef-d'œuvre de la peinture de la Renaissance italienne. Les scènes représentées sont issues du livre de la Genèse. La section centrale illustre l’histoire d’Adam et Ève. La peinture la plus emblématique de la chapelle Sixtine est la création d’Adam, où l'index de Dieu créant Adam « à son image » effleure celui d'Adam, sans toutefois le toucher.

 Chappelle Sixtine est une des chappelles du Palazzo Apostolico de la Città del Vaticano, où il y a la résidence officielle du Pape. En origine, elle a fonctionné comme la chappelle du fort Vatican et elle fut célèbre comme Capella Magna. 

Son nom provient du Pape Sixto IV qui a ordonné sa rénovation entre 1473 et 1481. À partir de ce moment, cette chappelle servait pour la célébration des actes et des cérémonies papaux. Pendant le pontificat de Sisto IV, un groupe de peintres de la Renaissance fut appelé pour réaliser des œuvres dans la Chappelle, comme Sandro Botticelli, Pietro Perugino, Pinturicchio, Domenico Ghirlandaio, Cosimo Rosselli et Luca Signorelli. On a réalisé deux séries de tableaux de fresque, un sur la vie de Mosé à gauche de l’autel et un autre sur la vie de Jésus Christ à droite. 

Ces tableaux étaient accompagnés de portraits des papes qui avaient gouverné l’Église jusqu’à cette époque-là. Les peintures ont été terminées en 1482, et à l’occasion de la fête de l’Assomption, Sixto IV a célébré la première messe dans la chappelle, en la consacrant à la Vierge Marie. 

Sous l’ordre du Pape Giulio II, Michelangelo a décoré la voûte de la Chappelle, toutes les fresques du plafond de la Chappelle Sixtine sont l’œuvre de ce génial artiste qui a eu besoin de quatre années pour terminer l’œuvre, dès 1508 à 1512, en créant une œuvre d’art sans précédent et qui aurait changé le cours de l’art Occidental. Quelques années plus tard, entre 1536 et 1541, il a peint le Giudizio Universale dans le mur de l’autel, pour les papes Clemente VII et Pablo III. 

Plus de 500 années plus tard, les fresques de Michelangelo avec leur extraordinaire complexité iconographique continuent à attirer de nombreux visiteurs chaque année et elles sont considérées comme un des meilleurs travaux de l’histoire de la peinture.

 

 La célébrité de la Chappelle Sixtine est dûe principalment à sa spectaculaire décoration de fresques, en particulier de la voûte et du mur derrière l’autel avec le Giudizio Universale, deux œuvres de Michelangelo peintes entre 1508 et 1512. 

La rénovation de la Chappelle Sixtine au cours des années 1990 a montré l’incroyable maîtrise de la technique de cet artiste et peintre qui n’a pas eu d’assistants pour peintre, mais seulement quelques travailleurs chargés de la préparation du plafond. La grande dimension des figures et la difficulté d’application de la peinture sur la courbure des plafonds a rendu cette fresque une création unique et exceptionnelle.

Avec Michelangelo on a changé la représentation de Dieu qui, jusqu’à ce moment-là avait une main qui pointait vers le bas à travers les nuages ? Dans la Chappelle Sixtine on peut voir pour la première fois la représentation de Dieu avec un corps musclé et une longue barbe blanche, de plus, il est très semblable au dieu grec Jupiter.

 La création d’Adam est une des images les plus célèbres de la Chappelle Sixtine? Elle est située dans la partie centrale de la voûte et elle représente l’histoire de la Genèse dans laquelle Dieu fait naître Adam. 

 

 Dans un premier moment Michelangelo a rejeté la commission de décorer la Chappelle Sixtine, en le considérant un travail trop difficile, de plus il avait aussi des soupçons d’avoir été recommandé pour ce travail par ses rivaux pour le voir échouer. À cette époque-là, la technique de la fresque était presque inconnue, une technique qui ne permettait pas d’erreurs ou de pas en arrière et il fallait de temps de courte durée. La surface totale peinte par Michelangelo est de 460 mètres carrés.

C’est simple, parce que la Chappelle Sixtine est une des merveilles de la Renaissance. La Chappelle Sixtine est un des trésors les plus importants du Vatican, de Rome et de la planète. Elle est célèbre aussi bien pour sa décoration que pour être le lieu où on choisit les papes. En 1508, le Pape Giulio II a commandé à Michelangelo la décoration de la Chappelle Sixtine, en ayant un résultat avec une création monumentale qui a brisé les moulages et les caractéristiques de l’art de la Renaissance. 

                                                                                LA CHAPPELLE SIXTINE

À voir aussi l'œuvre de Raphaël l'École d'Athènes

LA SALLE DES SIGNATURES

L’École d’Athènes est l’une des quatre fresques murales de la Stanza della Segnatura. La salle devait constituer la bibliothèque de Julius, et le concept global de Raphaël englobe donc le contenu disciplinaires des études du pape.

Au 15ème siècle, la tradition de décorer des bibliothèques privées avec des portraits de grands penseurs était courante. Raphael a développé le concept avec des compositions massives qui reflétaient la philosophie, la théologie, la littérature et la jurisprudence. Dans leur ensemble, ils devaient immédiatement transmettre la culture et l’intelligence du pape et susciter la discussion entre les esprits cultivés qui avaient eu la chance d’entrer dans cet espace privé.

L'ÉCOLE D'ATHÈNES

Situé dans une immense illusion architecturale peinte par Raphaël, L’École d’Athènes est un chef-d’œuvre qui représente visuellement un concept intellectuel. Dans un tableau, Raphaël utilise des regroupements de personnages pour présenter une leçon complexe sur l’histoire de la philosophie et les différentes croyances développées par les grands philosophes grecs.

Raphaël aurait certainement été au courant des projections privées de la chapelle Sixtine en cours, organisées par Bramante. Bien que le travail de Raphael, à bien des égards, puisse être considéré comme plus complexe en raison du nombre de personnages placés dans une seule scène, il a certainement été influencé par le travail du grand artiste. Cela est particulièrement évident par le grand personnage qui se profile au premier plan, comme nous le verrons.

En fait, l’influence moderne s’infiltre plus fréquemment que l’on pourrait le penser, en particulier en ce qui concerne les visages utilisés pour certain personnages de l’École d’Athènes . Jetons un coup d’œil, groupe par groupe, pour éclaircir le concept et voir qui apparaît dans la célèbre fresque.

Show More

PTOLÉMÉE-ZOROASTER-EUCLIDE-RAPHAEL

Le grand mathématicien et astronome Ptolémée se situe juste à côté d’Euclide, le dos au spectateur. Portant une robe jaune, il tient un globe terrestre à la main. On pense que l’homme barbu qui se tient devant lui et qui tient un globe céleste est l’astronome Zoroaster. Le jeune homme qui se tient à côté de Zoroaster, pointant du doigt le spectateur, n’est autre que Raphael lui-même. L’incorporation de ce type d’autoportrait n’est pas rare à l’époque, bien que ce soit un geste audacieux pour l’artiste d’insérer un caméo dans une œuvre d’une telle complexité intellectuelle.

DIOGÈNE

Il est universellement admis que Diogène était le plus âgé des hommes. Fondateur de la philosophie cynique, il était un personnage controversé de son époque, vivant une vie simple et critiquant les conventions culturelles.

HÈRACLITE

L’un des personnages les plus marquants de la composition est un homme assis au premier plan, la main soutenant la tête dans une position classique de «penseur». Ce personnage n’apparaît pas dans les dessins préliminaires de Raphaël et l’analyse du plâtre montre qu’il a été ajouté plus tard. Les historiens de l’art, Roger Jones et Nicholas Penny, écrivent dans leur livre Raphaël que «c’est probablement la première tentative de Raphaël pour s’approprier une partie du poids lourd des prophètes et des sibylles de Michel-Ange».

Longtemps considéré comme un portrait de Michel-Ange lui-même, la nature sinueuse de sa silhouette symboliserait le caractère de l’artiste. Dans le domaine des philosophes, il est Héraclite, un pionnier autodidacte de la sagesse. Personnage mélancolique, il ne jouissait pas de la compagnie des autres, faisant de lui l’un des rares personnages isolés de la fresque.

EUCLIDE

En tenant compte de la position de Pythagore de l’autre côté, Euclide se penche sur une démonstration en utilisant un compas. Ses jeunes étudiants essaient ardemment de saisir les leçons qu’il leur enseigne. Le mathématicien grec est considéré comme étant le père de la géométrie et son amour des théorèmes concrets avec des réponses exactes démontre pourquoi il figure sur le côté d’Aristote dans l’école d’Athènes. Les experts estiment que le personnage d’Euclide est en fait un portrait de l’ami de Raphaël, Bramante.

PYTHAGORE

Au premier plan, Pythagore est assis avec un livre et un encrier, également entouré d’étudiants. Bien que Pythagore soit connu pour ses découvertes mathématiques et scientifiques, il croyait fermement en la métempsycose. Cette philosophie affirme que chaque âme est immortelle et, à la mort, se déplace vers un nouveau corps physique. Dans cette optique, il est logique qu’il soit placé à côté de Platon sur la fresque.

 SOCRATE

À gauche de Platon, Socrate est reconnaissable à ses traits distinctifs. On dit que Raphaël a pu utiliser comme source d’inspiration un buste ancien du philosophe. Il est également identifié par le geste de sa main, comme le souligne Giorgio Vasari dans « Vies des artistes« . « Même la manière de raisonner de Socrate est intentionnelle : il tient l’index de sa main gauche entre l’index et le pouce de sa main droite, et semble énumérer des arguments. »

Ses étudiants, dont le général Alcibiade et Eschine de Sphettos, font partie de la foule entourant Socrate.

PLATON ET ARISTOTE

Les deux personnages principaux de l’œuvre sont placés directement sous la voûte et dans le point de fuite de la fresque, une astuce de composition pour attirer l’attention du spectateur sur la partie la plus importante du tableau. Ici, nous voyons deux hommes qui représentent fidèlement les différentes écoles de philosophie – Platon et Aristote.

Un Platon âgé se tient à gauche, pointant son doigt vers le ciel. À côté de lui se trouve son élève Aristote. Aristote tend son bras droit directement vers le spectateur. Chaque homme tient une copie de ses livres dans sa main gauche : Timaeus (Dialogue) pour Platon et Éthique à Nicomaque pour Aristote.

On pense que le geste de Platon vers le ciel indique sa théorie des formes-idées. Cette philosophie soutient que le monde «réel» n’est pas le monde physique, mais plutôt un domaine spirituel d’idées remplies de concepts et d’idées abstraits. Le domaine physique, pour Platon, n’est que le matériel, les choses imparfaites avec lesquelles nous voyons et interagissons quotidiennement. Certains experts estiment que Raphaël a utilisé le visage de Leonardo da Vinci pour Platon, basé sur les similitudes avec son autoportrait.

À l’inverse, la main d’Aristote est une représentation visuelle de sa conviction que la connaissance provient de l’expérience. L’empirisme, comme on le sait, théorise que les humains doivent avoir des preuves concrètes pour soutenir leurs idées et sont très ancrés dans le monde physique.

 Déjeuner, Repas : Restaurant  à côté du vatican.

 Nuit à la CASA SANTA LUCIA.

Jour 3. Mardi 21 avril : Le matin visite de Saint-Jean de Latran, L'escalier Saint et Sainte Marie Majeur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                   SAINT JEAN DE LATRAN

Érigée au IVe siècle en hommage à Saint-Jean-Baptiste et à l’évangéliste Saint-Jean, la Basilique Saint-Jean-de-Latran (Basilica di San Giovanni in Laterano) est la basilique la plus importante de Rome. Elle est également la Cathédrale de Rome. Le Pape en est l'évêque. Il s'agit de la plus ancienne église, elle est de ce fait la "mère et tête de toutes les églises".  Siège du diocèse de la ville. Elle est l'une des 4 basiliques majeures.

Cette église fondamentale du Catholicisme est propriété du Saint-Siège et fait donc partie du Vatican (même si elle ne se trouve pas sur le territoire du Vatican). C’est une des quatre basiliques majeures de Rome, et ne l’est pas que par la taille : 12 conciles y eurent lieu, dont 5 œcuméniques tout au long du Moyen-âge et de la Renaissance (1123, 1139, 1179, 1215 et de 1512 à 1516). C’est aussi au Latran que Charlemagne se fit baptiser, à Pâques en 774, ou que les fameux accords entre l’Église et l’État furent signés en 1929, les accords du Latran. Les raisons historiques à elles seules valent le déplacement, mais Saint-Jean de Latran est bien plus que ça…

La Basilique Saint-Jean-de-Latran a joué un rôle important dans l’histoire, puisque jusqu’en 1870, tous les Pontifes ont été élus en son sein. Aujourd’hui, l’église n’a pas perdu l’importance qui la caractérisait dans le passé, puisque le Pape et l’évêque de Rome y célèbrent encore l’office du Jeudi Saint.

 

Origine 

La  Basilique de Saint-Jean de Latran, a été construite avant  Saint Pierre de Rome. L’empereur Constantin Ier (306-337) l’a fit construire, selon la légende, après avoir guéri d’une maladie en 313, et elle sera consacrée en 324 par le pape Sylvestre Ier. C’est l’église utilisée par le pape, lorsqu’il assume le rôle d’évêque de la Ville Éternelle. Elle est bâtie sur les anciens terrains d’une ancienne famille patricienne, les Laterani, qui donnèrent ainsi leur nom à l’église, Latran. Sainte Hélène, la mère de Constantin, chrétienne très fervente, avait fait cadeau des terrains au pape de l’époque, Melchiade. L’église se trouve sur l’ancienne maison du sénateur Plautius Lateranus, dont les biens avaient été confisqués autrefois par Néron pour le punir d’avoir conspiré contre lui. D’autres sources disent que l’église fut construite par-dessus la caserne de l’ancienne garde montée, des militaires qui s’étaient rangés du coté de Maxence, le rival malheureux de Constantin…

Destructions et reconstructions 

La basilique connaîtra plusieurs catastrophes au long de l’Histoire, l’édifice actuel n’ayant plus rien à voir avec l’édifice qu’a connu l’empereur Constantin. Les plus anciens vestiges datent du Moyen-âge : il s’agit du cloître, du XIIIe siècle, soit tout de même 900 ans après Constantin. On se demande bien à quoi avait bien pu ressembler le bâtiment de Constantin, mais lorsque l’on connaît les malheurs du Latran, on comprend mieux pourquoi il n’en reste rien aujourd’hui. Tout d’abord, il y eu les déprédations d’Alaric Ier et ses Wisigoths en 410 puis de Genséric et ses Vandales en 455. Ensuite, des tremblements de terre, en 896 puis en 1349. Finalement, des incendies, le 6 mai 1308 et en 1361. Les dommages étaient tels qu’il a fallu reconstruire plusieurs fois l’église, de bout en bout. Pour voir quelque chose de l’époque de Constantin, on ira plutôt voir du coté du Baptistère, tout proche.

Architecture 

L’église que nous pouvons admirer aujourd’hui date du XVIIe siècle, sous le pontificat d’Urbain V, et est la deuxième plus grande église de Rome, avec ses 130m de long. La façade blanche réalisée entre 1732 et 1735, toute en travertin, fut conçue par le Florentin Alessandro Galilei, avec les statues monumentales en son sommet. Ces statues de 7m de haut représentent Jésus, Saint Jean et Saint Jean-Baptiste, ainsi que les docteurs de l’église. La gigantesque porte de bronze est une porte antique, qui n’est autre que celle de l’ancienne Curie romaine ! Sur le fronton, nous pouvons y lire « omnium urbis et orbis ecclesiarum mater et caput », mère et tête de toutes les églises de la ville et du monde.

 

LA SCALA SANTA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De l'autre côté de la rue, près du palais du Latran, vous trouverez le bâtiment contenant l'Escalier Saint (Scala Santa).

L'Escalier Saint a été ramené de Jérusalem par Sainte Hélène, la mère de Constantin. Cet escalier aurait été celui du palais de Ponce Pilate, que le Christ aurait gravi avant sa mort.

Il est de tradition de le gravir à genoux.

L'Escalier Saint mène à l'ancienne chapelle des Papes (Sancta Sanctorum) qui contient de très précieuses reliques dont une icône du Christ dite achiropite (non faite par la main de l'homme, faite par un ange).

LA BASILIQUE SAINTE  MARIE  MAJEUR DE ROME

Elle est l'une des quatre basiliques majeures Rome faisant partie des 7 églises de pèlerinage. La seule qui ait conservée les structures paléochrétiennes.  Elle est la propriété du Vatican. C'est le plus grand monument et la plus ancienne église romaine consacrée à la Vierge Marie. Depuis 1999, l'animation et la pastorale sont confiées aux Frères Franciscains de l'Immaculée.

Selon la légende, le patricien Jean, propriétaire de la colline de l'Esquilin, fit un rêve dans la nuit du 4 Août de l'année 352. Dans ce rêve, la Vierge Marie apparut et lui dit de construire une église à l'endroit où la neige tomberait le lendemain. Cette même nuit le pape Libère fit le même rêve. 

Lorsque le jour suivant - au milieu d'un été caniculaire - la rumeur se répandit que la neige était tombée sur l’Esquilin, le patricien et le pape coururent en hâte vers le site du miracle, où ils virent de la neige fraîche tombée et dessinant le plan d'une église. Libère décida alors de construire une basilique sur ce site en l'honneur de Marie. 

La basilique est aussi appelée Sainte-Marie-aux-Neiges. ou la Basilique Libérienne, une référence à la légende médiévale de la neige. 
Il n'existe cependant pas de documents anciens qui soutiennent l'histoire de la neige en Août. En fait, elle est tellement incroyable qu’au dix-huitième siècle, même le pape Benoît XIV voulut la retirer du bréviaire.

L’histoire contredit la légende et donne la paternité de la basilique au pape Sixte III au 5ème siècle. Par la suite, de nombreux papes y entreprirent des travaux de remaniement. L’abside et le transept datent du 13ème siècle, de même que le campanile roman. Deux chapelles sont annexées à l’édifice aux 16ème et 17ème siècles.

La basilique Sainte Marie Majeure actuelle est le fruit de nombreuses transformation réalisées au cours du temps, du Vème au XVIIème siècle.

Aux parties les plus anciennes, sont ajoutées l'abside et le transept au XIIIème siècle, suivi de la construction du grand campanile en 1377.

Les alentours sont aménagés à la fin du XVIème et au début du XVIIème siècle. C'est à cette époque que l'obélisque, provenant du mausolée d'Auguste, et que la colonne provenant de la basilique de Maxence, sont transférés sur les places de l'Esquilin (à l'arrière de la basilique) et sur la place Sainte Marie Majeure. Les XVIème et XVIIème siècles sont eux aussi riches en transformations avec l'ajout de chapelles et la construction des deux façades baroques. 

La façade principale, de style baroque, comprend une élégante loggia à trois arches décorée de mosaïques. Cinq portes donnent accès à l’intérieur de la basilique, dont la Porte Sainte.

L’intérieur de la basilique est composé d’une nef centrale et de deux nefs latérales séparées par des colonnes ioniques de marbre et de granit. En levant les yeux, on peut admirer Les nombreuses mosaïques de la basilique qui sont exceptionnelles. Mosaïques illustrant des scènes de la Genèse et de l’Exode.Les plus anciennes, du Vème siècle sont situées dans la nef centrale dans de petits compartiments entre le haut des colonnes et les fenêtres. Elles illustrent des scènes de l'ancien testament, à gauche la genèse et à droite l'exode. Celles de l'arc triomphal, elles aussi du Vème siècle, illustrent des scènes de l'enfance du Christ. 

Le superbe plafond à caissons est du XVème siècle et a été doré grâce à l'or des Amériques, don du roi d'Espagne.  tandis que le sol est réalisé en marbre et décoré de motifs géométriques dans le style cosmatesque. En approchant du maître-autel, on remarque un haut baldaquin ouvragé abritant des reliques ainsi que des fresques illustrant le Couronnement de la Vierge.

 

La basilique abrite également deux chapelles richement décorées. La première en forme de croix grecque dite chapelle Sixtine, à droite, date du 16ème siècle et est surmontée d’une coupole décorée de fresques. Elle accueille les restes du pape Sixte V. La chapelle Pauline, à gauche, date du début du 17ème siècle. Elle abrite un retable de la Vierge à l’enfant ainsi que le tombeau de Pauline Bonaparte, la soeur de Napoléon.

Déjeuner au restaurant.

Après-Midi visite de la Rome Antique nous serons accompagnés par notre guide Caroline.

REPAS : RESTAURANT  NUIT  CASA SANTA LUCIA

JOUR 4 . Mercredi 22 Avril :

 Le matin Audience PAPALE au Vatican 

Chaque mercredi (normalement vers dix heures du matin), lorsqu'il est à Rome, le pape reçoit tous les pèlerins qui souhaitent le rencontrer : c'est l'audience générale ou audience du mercredi. Cette audience se tient habituellement sur la place Saint-Pierre sauf lorsque les conditions climatiques ne le permettent pas. Ainsi, durant la saison hivernale, cette audience générale a habituellement lieu dans la salle Paul VI. Lorsque l'affluence dépasse les capacités d'accueil de cette salle, comme cela est arrivé plusieurs fois, une partie de l'assistance peut être déplacée dans la basilique Saint-Pierre et le pape passe alors une partie de l'audience avec ces visiteurs dans la basilique.

DÉJEUNER RESTAURANT

APRÈS-MIDI : VISITE DE LA ROME HISTORIQUE.

Le centre historique de Rome est le centre renaissance de la capitale italienne. La vieille ville de Rome est l’un des quartiers le plus charmant de la ville, avec de jolies places et rues pour flâner et trouver de petits cafés et restaurants. 

La Vieille Rome comprend les quartiers autour de la place Navona, du Campo de ‘Fiori, du Panthéon et du Ghetto.

Place Campo de ‘Fiori. Campo de’ Fiori est une jolie place située à proximité du Palais Farnese. Un marché de fruits et légumes s’y tient tous les jours de la semaine tandis que le soir, les bars et les restaurants en font un lieu très animé.

 

 Jour 5 .  Jeudi 23 Avril :

Journée libre ou visites de groupe : soit nous continuons à visiter des églises, soit nous pouvons visiter les Catacombes. Ces visites par contre resterons à votre charge, car nous ne connaissons pas à l'avance vos choix. (mais tout n'est pas payant)

 Les églises que nous pouvons visiter : La Chiesa Nuova dédié à Saint-Philippe Neri, Saint-Ignace, Saint-Clément, Saint-Pierre-aux-liens (chaines de st piller : prison de Mamertino) et Sainte-Marie de la Paix.

Les Catacombes : Les catacombes de Rome sont les lieux de sépultures souterraines dans lesquelles les chrétiens de Rome, notamment, enterraient leurs morts lors des premiers siècles de l'Église primitive. Le nom original de ces lieux était cœmeteria. Prix : 8 € à votre charge.

Déjeuner au restaurant

Nous devons impérativement être de retour à la Casa Santa Lucia à 18h.

Le départ en avion est prévu vers 21h20.